S’installer à son bureau pour dessiner. Un geste qui parait naturel, mais qui est le fruit d’un rituel pourtant bien huilé. Une mise en condition inconsciente est indispensable. Une tasse de thé à proximité, un disque en fond musical, et l’entourage rassurant de mes bouquins. Des détails qui n’en sont pas, finalement.

Auparavant j’étais anxieuse à l’idée de travailler seule chez moi. Pas de collègue, peu d’échanges avec l’extérieur… L’illustration est un travail solitaire, qui se prête bien au home-working. Je deviendrais folle, pensais-je. Et pourtant. C’est là que j’ai compris l’importance du terme « Environnement de travail », j’imagine. Depuis que je me suis aménagée un coin où je me sens vraiment bien, je ne m’inquiète plus. Je sais que je peux passer des heures sur ma chaise Eames (fausse, bien sûr) sans voir le temps passer.